Prenationale : Bethune / Vieux-Lille

Béthune perd le match le plus important de sa saison

Ils n’étaient pas nombreux, dans l’équipe béthunoise, à connaître cette pression écrasante d’une rencontre couperet et qui plus est, match pour la survie. Béthune (13e, 31 points) a beaucoup donné mais Lille (11e, 32 points) a mieux géré les moments forts.

Dès le début de la rencontre, on se rendait compte que l’enjeu allait l’emporter sur le jeu. Des deux côtés, bras tremblants, phases de jeu brouillonnes, aucun automatisme. Les deux formations, fébriles, manquaient cruellement d’adresse (2-3, 3e). Béthunois et Lillois confondaient plus souvent vitesse et précipitation. Un nombre incalculable de ballons perdus de part et d’autre, fort heureusement mal négociés par l’adversaire. Personne ne prenait le jeu à son compte et le marquoir avançait lentement (12-12, 8e). Le rythme s’élevait en fin de premier quart-temps et Lille, adroit aux primés, virait en tête (16-23). Dès lors, les Artésiens allaient courir après le score, poids encore plus lourd sur les épaules des jeunes locaux. Forts de leur avance, les visiteurs se sentaient pousser des ailes. Ils maintenaient l’écart grâce à une défense béton impénétrable qui lançait les contres.

Béthunois moins lucides

Ajoutons à cela une grosse présence lilloise aux rebonds offensifs et il n’en fallait pas plus pour que Béthune, pugnace, ne soit relégué à cinq points à la pause (27-32). Au retour des vestiaires, les Béthunois resserraient les rangs, retrouvaient l’adresse et passaient devant (48-43, 28e). Tournant du match, Lille écopait d’une antisportive. Hélas, les Béthunois n’arrivaient pas à enfoncer le clou et les Lillois recollaient (48-48, 30e). Le coude à coude continuait (54-54, 36e). Le collectif lillois faisait merveille et les intérieurs portaient l’estocade (54-61, 39e). Moins lucides, les Béthunois partaient courageusement à l’abordage mais s’exposaient aux contres meurtriers des visiteurs.

Luc Peyraud et Blidi Taleb, les coaches lillois avouaient : « quand Béthune a mené de cinq points avec la possession de balle, nous avons eu peur. Notre victoire est une réussite d’équipe». Peu de commentaires du côté de Yannick Sauvage et Emmanuel Cousin : « déçus car il y avait la place. Certains joueurs n’ont pas pris leurs responsabilités. Il reste une journée et un mince espoir de maintien ».

BÉTHUNE – LILLE ASV : 61 – 68 (27 – 32) (16-23, 11-9, 21-16, 13-20)

La Voix du Nord

PUBLIÉ LE 22/05/2016